Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


Les principaux titres de la presse Algérienne du 03/10/2013

Publié par The Algerian Speaker sur 3 Novembre 2013, 18:02pm

Catégories : #EJDID

Présidentielle 2014 : « Tout en réitérant son soutien à Bouteflika : Bensalah tire sur le FLN », titre Le Soir d’Algérie. « Le RND réitère son soutien à Bouteflika, tire sur le FLN et rappelle ses positions de principe.

Hier, lors de son intervention devant les militants de son parti de la région du centre, le secrétaire général par intérim du RND, Abdelkader Bensalah, a fait sortir la grande artillerie pour s’exprimer sur les grandes questions de l’heure. "Le RND est un parti fidèle à ses principes et à ses positions. Il n’importe pas ses idées, car il considère que les principes ne sont pas une marchandise exposée à la surenchère. Le RND n’investit pas dans les attentes du peuple", dira encore Bensalah qui enclenche une attaque directe contre son rival le FLN », écrit le journal.

 Il a créé hier la surprise au forum de Liberté. Yasmina Khadra : " Je suis candidat à la présidentielle" , à la une de Liberté. « D’après l’écrivain algérien, cette collusion annoncée de la politique avec la littérature promet de nombreuses péripéties et de citer notamment Flaubert qui disait que "tout ce que nous inventons est vrai" », écrit Liberté.

« Ahmed Benbitour a déclaré depuis Jijel : " Je ne serai pas un lièvre" », titre en une Le Soir d’Algérie. « L’ex-chef du gouvernement Ahmed Benbitour a déclaré, hier, qu’il ne sera pas un lièvre lors des présidentielles, que le changement en Algérie est inéluctable et qu’il est dans l’intérêt des décideurs de céder le pouvoir pacifiquement avant d’être évincés par la force comme c’était le cas en Tunisie et en Égypte », écrit le quotidien.

« Présidentielle de 2014 : la galerie s’anime » à la une d’Algérie News. Dans ce dossier, le journal revient sur le soutien de Bensalah à Bouteflika, la candidature de l’écrivain Yasmina Khadra à la présidentielle 2014 et à la candidature officielle de Djilali Soufiane.

El Khabar revient sur les visites effectuées par le Premier ministre ces derniers mois dans plusieurs wilayas. Pour le journal, le but de ces sorties est de préparer le terrain pour un quatrième mandat de Bouteflika, car Sellal essaye de faire passer le message selon lequel Bouteflika est à l’origine du retour de la sécurité dans le pays et qu’en cas de changement, l’Algérie risque de sombrer dans l’anarchie.

Un membre du FFS interrogé par El Khabar affirme : « Que ceux qui parlent de l’amélioration de la situation en Algérie, se détachent de leur démagogie  parce que l’Algérie est assise sur un volcan ». Pour Abderrezak Makri, les 500 milliards de dollars dépensés pendant les trois mandats n’ont rien apporté.

Relations algéro-marocaines

A la une de L’Expression : « Alors que l'ambassadeur marocain revient à Alger : l'incident de Casa va retarder l'ouverture des frontières ». « Le Maroc qui a déjà eu un aperçu de la réaction et de l'attitude d'Alger suite à l'instauration des visas en 1994, va une nouvelle fois vérifier à ses dépens la mentalité algérienne. Ce nouvel épisode va visiblement renvoyer aux calendes grecques la réouverture des frontières algéro-marocaines et enterrera toute reconstruction de l'Union maghrébine arabe, pour une bonne dizaine d'années », selon L’Expression.

Le Quotidien d’Oran titre en une : « Des nervis royalistes attaquent le consulat algérien à Casablanca : les excités du Makhzen dérapent ». « A Casablanca, la campagne anti-algérienne, lancée par le Palais a été traduite sur le mode voyou par le Makhzen, avec une attaque contre le consulat algérien avec arrachage de l'emblème national. Tout cela un 1er novembre. Un grave dérapage.  Il s'appelle Hamid Naanaa. Il fait partie d'une émanation directe du Makhzen, la Jeunesse Royaliste, créée pour combattre sur la mode Baltaguiya le mouvement contestataire du 20 Février. C'est par lui que la campagne du Makhzen contre l'Algérie, lancée par le roi le 10 octobre dernier, a connu un dérapage grave à Casablanca. Hamid Naanaa faisait partie d'un petit groupe de Marocains "mobilisé" par le Makhzen et amené, vendredi, pour manifester devant le consulat algérien à Casablanca. Dans ce pays où la police est aux aguets, les pseudo-manifestants, ont pu s'approcher sans aucun problème du consulat algérien en criant des slogans hostiles à l'Algérie et à la gloire du roi. Devant les regards presque attendris des policiers, ces "manifestants" portant des drapeaux marocains en avaient après le drapeau algérien », note le journal.

« Gardez vos excuses pour vous : ceci est un acte de guerre », titre en une Le Jour d’Algérie. « Ni les excuses pathétiques du ministre marocain des Affaires étrangères ni encore moins l’attitude fébrile et incompréhensible des autorités algériennes ne vont effacer cet acte de guerre. L’attitude de l’Algérie est pour le moins bizarre. Elle n’a pas adopté la réciprocité en pareille circonstance, c’est-à-dire rappeler l’ambassadeur algérien à Rabat », écrit le journal.

Selon Echourouk Citant des sources bien informées, l’ambassadeur du Maroc en Algérie est rentré hier vers 14 h à bord d’un avion de Royal Air Maroc qui a atterrit à l’aéroport Houari Boumediene. L’ambassadeur va reprendre aujourd’hui ses fonctions à Alger, rapporte le journal arabophone.

Économie

« Dévaluation, dépréciation et inflation : les dessous d’une manipulation politique », à la une d’El Watan. « Le dinar algérien n’a jamais suscité autant de polémique depuis la forte dévaluation du début des années 1990 qu’aujourd’hui. Depuis l’annonce, il y a un peu plus d’une semaine, d’une chute d’environ 10 % du taux de change du dinar algérien par rapport à l’euro et au dollar, la polémique enfle de jour en jour », note le journal.

Éducation

« Éducation nationale : Début aujourd’hui des cours de rattrapage », titre El Moujahid. « Pas de repos pour les élèves qui continuent à payer les conséquences de la grève dans le secteur de l’Éducation nationale. Durant ces deux journées de vacances de novembre, les lycéens notamment ceux dont les enseignants étaient en grève pendant deux longues semaines en octobre dernier, et ce à l’appel du Conseil national des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (Cnapest), entameront à partir d’aujourd’hui les cours de rattrapage dans différentes matières à haut coefficient. Ils doivent, rattraper le retard engendré par le suivi de ce débrayage qualifié de "mal nécessaire", par les syndicalistes du secteur », rapporte le quotidien.

Des augmentations de salaire sont prévues pour les travailleurs de l’Éducation dans le cadre de leur promotion, rapporte El Khabar. Plus 30 000 employés de ce secteur seront concernés par cette décision du ministère de l’Éducation. Les bénéficiaires de cette augmentation ne doivent pas dépasser les 55 ans avant le 31 décembre prochain.

Santé

« La maladie touche de plus en plus la population jeune : un Algérien sur trois souffre d’hypertension », titre en une El Watan. « Plus de 10 millions d’Algériens sont affectés par l’hypertension artérielle. Les habitudes alimentaires, l’environnement social, le stress, la sédentarisation sont les principales causes de la propagation de la maladie », note le quotidien.

 Immigration clandestine

« Mauvais traitement de "harraga" algériens à Valence : Alger demande des explications », selon Le Quotidien d’Oran. « Après la plainte déposée par des "harraga" algériens contre l'administration du centre de détention provisoire des étrangers, à Valence en Espagne, qui les a privés de toute liberté, ainsi que pour avoir été roués de coups pour avoir observé une grève de la faim. La machine diplomatique algérienne s'est manifestée, certainement sous l'impulsion du nouveau ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra », écrit le journal.
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents